Vendredi 24 mai 2013
Hommage à Henri Dutilleux
 

L'Opéra rend hommage à Henri Dutilleux, l'un des compositeurs les plus joués dans le monde qui s'est éteint mercredi 22 mai. Des Métaboles au concerto pour violoncelle Tout un monde lointain... - inspiré des poèmes de Baudelaire - de Timbres, espace, mouvement au Mystère de l'Instant, il avait réussi le paradoxe d'être un classique engagé dans la recherche atonale, un moderne dont les œuvres - souvent bissées dès leur création - jouissaient d'une audience et d'une popularité exceptionnelles...


Après y avoir occupé pendant quelques mois le poste de chef de chœur (1942), il avait accroché son nom au répertoire de l'Opéra de Paris en signant la partition du Loup, ballet créé dans la chorégraphie de Roland Petit en 1953 et entré au répertoire en 1975. Dans l'une des dernières interviews qu'il nous avait accordées, le chorégraphe évoquait en des termes savoureux la joie et la fierté qu'il avait eues de collaborer avec ce personnage au caractère bien trempé : Dutilleux avait accepté de participer au projet à condition de pouvoir livrer la partition numéro par numéro, au fil des répétitions... Lors de la reprise du Loup, cette saison au Palais Garnier, nous n'avons pu que constater à quel point cette musique demeurait fraîche et vivace.


C’est encore dans les murs de l'Opéra Bastille qu’avait été enregistré, en décembre 2011, ce qui restera sa dernière œuvre - Correspondances, l’une de ses rares compositions pour voix – sous la baguette d’Esa-Pekka Salonen et en présence du compositeur. Le disque était paru le 22 janvier 2013, jour de son 97e anniversaire.

PrécédentSuivant