Jeudi 13 juin 2013
Festival 1, 2, 3 opéra ! - épisode 8
Pourquoi un festival Dix mois d'École et d'Opéra ?

Du 15 au 26 juin, l'Opéra met à l'honneur les élèves de Dix Mois d'École et d'Opéra* : le festival 1,2,3, Opéra ! permet aux classes du programme de présenter leurs projets et leurs réalisations à l'Amphithéâtre et au Studio Bastille. Accompagnés par des équipes pédagogiques et artistiques, les élèves rendent visibles sur scène leurs évolutions personnelles...(photo : Christophe Ghristi © OnP)


Pourquoi un festival Dix mois d'École et d'Opéra ?


Le spectacle de fin de saison de Dix Mois d'École et d'Opéra était depuis longtemps l'une de ses signatures, trois classes des trois académies se retrouvant autour d'un projet commun. Cependant, ces derniers temps, la participation de ces seules trois classes ne me semblait pas rendre justice au foisonnement du programme, à l'extraordinaire richesse et diversité du travail mené par ces mille élèves issus de plus de trente classes. Il fallait donc ouvrir davantage et l'ouverture est évidemment le maître mot de DMEO*... C'est ainsi qu'a grandi l'idée d'un festival qui, au fil de la réflexion, a pris cette forme évidente, calquée sur l'activité même de l'Opéra de Paris : une soirée lyrique, une soirée chorégraphique, un concert, des ateliers, une exposition et même un colloque. Pendant toute l'année scolaire, Christine Eschenbrenner, Dominique Laudet, Laurent Pejoux et Alexis Ouspensky, les enthousiastes responsables du programme, ont coordonné cette multiplicité d'activités et de projets. Du coup, toutes les classes participent à cette grande fête finale. À cette évidence, est venue s'en ajouter une autre : honorer des créations, bien sûr, mais aussi honorer notre répertoire, ce socle fabuleux de l'histoire de la musique et de la danse. Car une des missions de l'Opéra de Paris, c'est bien de nous confronter tous aux grands auteurs, à ces personnalités immenses qui, au lieu de nous intimider, doivent nous inspirer. Et 2013 est l'occasion rêvée, puisque nous célébrons comme tous les théâtres du monde entier le bicentenaire de Verdi et Wagner, les deux géants de l'art lyrique. Cette saison, nous jouons le Ring et puis ce brillant Falstaff que Verdi a emprunté à Shakespeare... Et regardons autour de nous : quel défi pour John Neumeier de chorégraphier une gigantesque symphonie de Mahler... Avec, en son centre, cet appel à chacun de nous, emprunté au Zarathoustra de Nietzsche : « Ô Mensch ! Ô être humain ! »


Voilà ce que peut offrir de mieux l'Opéra de Paris aux classes de Dix Mois d'École et d'Opéra et à tout son public : Verdi, Shakespeare, Wagner, Mahler et Nietzsche bien vivants et redevenus exercice et plaisir quotidiens, gymnastique de l'esprit et miroir de la sensibilité. Et il y aura aussi Bach et Arvo Pärt, Offenbach et Bizet, Mozart et Rossini... Pendant quinze jours, et au terme d'un travail acharné, souvent difficile, courageux toujours, les classes de DMEO prennent possession de l'Amphithéâtre pour dialoguer avec les cimes, avec bonheur, avec angoisse, avec jubilation.



Christophe Ghristi

Directeur de la dramaturgie et des services pédagogiques
Retrouvez cet article dans En scène !
Le journal de l'Opéra national de Paris

PrécédentSuivant