Vendredi 7 juin 2013
Festival 1, 2, 3 Opéra ! - épisode 5
Quand les petits violons revisitent leur histoire

Du 15 au 26 juin, l'Opéra met à l'honneur les élèves de Dix Mois d'École et d'Opéra* : le festival 1,2,3, Opéra ! permet aux classes du programme de présenter leurs projets et leurs réalisations à l'Amphithéâtre et au Studio Bastille. Accompagnés par des équipes pédagogiques et artistiques, les élèves rendent visibles sur scène leurs évolutions personnelles...


Après quatre années d'apprentissage instrumental, la classe des « petits violons et altos » s'apprête à tirer sa révérence en beauté : avec un spectacle musical revisitant l'aventure extraordinaire qu'ils ont vécue, le 22 juin à l'Amphithéâtre Bastille. entretien avec Christine Eschenbrenner, Dominique Laudet et Alexis Ouspensky, responsables de Dix Mois d'École et d'Opéra.(photo : © Agathe Poupeney / OnP)



Comment le projet des "petits violons et altos " est-il devenu possible ?

Christine Eschenbrenner, Dominique Laudet et Alexis Ouspensky : Il y a de cela quatre ans, une classe d'une école du 18e arrondissement entre dans le programme Dix Mois d'École et d'Opéra avec en partage la volonté d'inscrire et d'enraciner dans un quartier emblématique - la Goutte d'Or - une action pédagogique forte, centrée sur l'éducation artistique et culturelle. Nous leur avons proposé l'apprentissage précis du violon, pour « casser » les clichés et les représentations. Depuis quatre ans, un apprentissage quotidien leur est dispensé selon des méthodes diversifiées. Sur notre proposition, des musiciens de l'Orchestre de l'Opéra ont eu la générosité de s'engager dans un parrainage de chacun des élèves afin de les accompagner dans leur apprentissage. Nous n'oublierons pas non plus le soutien et la générosité de nos mécènes, Barden et Flavia Gale qui, en mémoire du Docteur Naccache, ont permis l'acquisition d'un parc instrumental pour tous les élèves et oeuvrent au fonctionnement du projet.


Quatre années, c'est à la fois inhabituellement long pour un tel projet , et court pour apprivoiser un instrument que l'on n'a jamais pratiqué. À court terme et à long terme, quel bénéfice ces enfants peuvent-ils espérer retirer de cet apprentissage ?

DMEO : À l’apprentissage d’un instrument réputé difficile correspondent d’autres apprentissages ou transformations : maîtrise de soi à travers la maîtrise de l’instrument, naissance du sens de l’interprétation, concentration, amélioration de l’expression orale,écrite, réflexion partagée – autour du projet ont été créés, au sein de la classe, des conseils d’élèves abordant ensemble la question du travail (collectif et individuel) lié à l’instrument –, estime de soi… À plus long terme, ce parcours leur donne la possibilité de poursuivre une pratique instrumentale en conservatoire : deux élèves ont ainsi brillamment fait leurs premiers pas au Conservatoire du 18e arrondissement, d’intégrer une classe Cham et de « tutorer » les élèves de la prochaine promotion des « Petits violons » – à laquelle seront adjoints deux violoncelles.


Que peut apporter aux élèves la restitution de juin sous forme d'un spectacle musical, dans le cadre du festival ?

DMEO : Le fait qu'ils soient eux-mêmes co-auteurs du spectacle qui revient sur cette expérience de quatre années leur permet de revisiter leur histoire collective et personnelle, de prendre le recul qui leur permet de mieux percevoir le sens du projet, oeuvrant ainsi à leur propre devenir. Quelle meilleure façon de conclure cette aventure ?



Propos recueillis par Simon Hatab

 

* Dix Mois d'École et d'Opéra est un partenariat entre l'Opéra national de Paris et les trois académies de Paris, Créteil et Versailles. Son programme éducatif, pédagogique et culturel est suivi par des classes situées dans les Zones d'Education Prioritaire ou Ambition réussite. Il vise plus particulièrement les établissements scolaires qui sont éloignés du milieu artistique et culturel et dure deux années.

 

PrécédentSuivant