Lundi 24 juin 2013
Correspondances
Signes : du 3 au 15 juillet

Rencontre de la peinture et de la danse, Signes est l'aboutissement d'une triple démarche créatrice initiée par le peintre Olivier Debré et poursuivie par la chorégraphe Carolyn Carlson et le compositeur René Aubry. (Photo : Marie-Agnès Gillot © Icare)


À la recherche des émotions indicibles du monde sensible, Oliver Debré rêvait depuis longtemps d'une exposition sur le sourire. Celle-ci ne vit jamais le jour, mais le peintre initia une réflexion sur la Joconde et son créateur, Léonard de Vinci. Puis, abandonnant ces personnages historiques, il s'orienta vers la recherche d'évocations plus intemporelles du sourire qu'il traduisit en une suite de tableaux représentant des paysages abstraits inspirés de différents lieux du monde. Ces paysages, véritables architectures de l'espace, où la couleur est un sujet à part entière, dévoilent une alchimie de formes et de sensations toute en fluidité. De cette série, Olivier Debré choisit avec Carolyn Calson sept tableaux formants les éléments mobiles d'un décor destiné à la danse. Bien plus que de simples toiles de fonds, ils définissent les séquences d'un scénario poétique où la chorégraphe puisaà même la matière visuelle les dynamiques inspirant l'élan des corps. Sans chercher à reproduire les propos du peintre, elle traduisit à son tour en un cérémonial onirique le sourire intérieur des êtres, héros mystérieux d'un cheminement touchant au spirituel. René Aubry, compagnon et fidèle collaborateur de Carolyn Carlson, prolongea par la musique ces rencontres à l'image des Correspondances de Baudelaire. Une oeuvre d'art où mouvements, couleurs et sons se répondent " en un hymne aux choses infinies [...] qui chantent les transports de l'esprit et des sens."1

 


L.G

 

1 Charles Baudelaire, "Correspondances", Les Fleurs du Mal, 1857

PrécédentSuivant