Lundi 2 juin 2014
Concert Wagner / Strauss / Berlioz
âmes romantiques, ne pas s'abstenir !
Ce programme réunira l'ouverture de Tannhäuser de Wagner, des lieder de Strauss, interprétés par le baryton Simon Keenlyside, et La Symphonie fantastique de Berlioz. Philippe Jordan dirigera l'Orchestre de l'Opéra pour cette soirée exaltant la passion et l'amour.
"[...] que celui qui n’a pas encore entendu la merveilleuse ouverture de Tannhäuser ne se figure pas ici un chant d’amoureux vulgaires, essayant de tuer le temps sous les tonnelles, les accents d’une troupe enivrée jetant à Dieu son défi dans la langue d’Horace. Il s’agit d’autre chose, à la fois plus vrai et plus sinistre. Langueurs, délices mêlées de fièvre et coupées d’angoisses, retours incessants vers une volupté qui promet d’éteindre, mais n’éteint jamais la soif ; palpitations furieuses du cœur et des sens, ordres impérieux de la chair, tout le dictionnaire des onomatopées de l’amour se fait entendre ici." Ainsi Baudelaire évoquait-il l'ouverture de Tannhäuser.
L'amour, un thème omniprésent également dans les lieder de Strauss tels que dans Hymnus, chant à la déesse qu’est la femme aimée ou Pilgers Morgenlied sur un poème de Goethe, autre chant d’amour et de joie.
La Symphonie fantastique, œuvre majeure du répertoire romantique, est un long poème exalté, ténébreux, enfiévré évoquant un jeune poète « atteint de cette maladie qu'un auteur célèbre appelle le vague des passions ». Passant de la rêverie amoureuse à une scène de valse fantasmagorique, puis au pressentiment des souffrances à venir, le poète-musicien se livre ensuirte aux charmes d'un paysage idyllique et pastoral, avant de basculer dans le cauchemar, le musicien rêvant qu'il a assassiné la femme aimée et qu'on le mène à l'échafaud . La dernière scène constitue un sommet d'épouvante et d'amertume : notre héros assiste à son propre enterrement et la scène se mêle à un rêve de sabbat, où le thème de l'idée-fixe (celui de la femme aimée) se voit transmué en une caricature, faisant de l'idéal féminin une horrible sorcière...
PrécédentSuivant